Lenfer Cest Les Autres Dissertation Format

« L’enfer c’est les autres », Cette replique de la fin de la piece de « Huis Clos » met en evidence l’idee selon laquelle la presence des autres peut parfois constituer un veritable enfer. Dire que l’enfer c’est les autres c’est commencer par souligner qu’il ne peut y avoir pire que les autres. En effet, l’enfer est, dans les religions dites bibliques et monotheistes, ce lieu destine au supplice des damnes. Par extension, ce terme qualifie une chose excessivement deplaisante, penible.

Ainsi dire que l’enfer c’est les autres c’est souligner que la vie avec eux conduit a la dissension, au calvaire et donc : a l’enfer. Mais peut-on vivre seul ? Platon estimait que quiconque n’eprouve point le besoin de vivre en societe est soit une bete ou un dieu. Cela justifiant l’utilite et la complementarite de la vie communautaire. Pour Duc de la Rochefoucauld la vie avec autrui n’est pas un choix, c’est une necessite : _« Celui qui croit pouvoir trouver en soi-meme de quoi se passer de tout le monde se trompe fort ; mais celui qui roit qu’on ne peut se passer de lui se trompe encore davantage ». Goethe allait plus loin en disant : « Pour moi, le plus grand supplice serait d’etre seul en paradis ». _Sartre lui-meme repond clairement a cette question : « Ce n’est pas dans je ne sais quelle retraite que nous nous decouvrirons, c’est sur la route, dans la ville, au milieu des foules, chose parmi les choses, homme parmi les hommes ». Alors en quoi l’existence de l’autre me derange-t-elle ?

Dans ce cas-la, la presence de l’autre m’est indispensable, j’ai besoin de lui pour qu’il m’offre le plaisir de ce sentiment sublime : prendre conscience de soi-meme, le plaisir de rejouir de mon humanite, prendre conscience de mon existence. Sartre lui-meme definit l’autre comme mediateur entre soi et soi-meme, en donnant l’exemple de la « honte ». Je prends conscience et connaissance de mes sentiments ainsi que leurs significations grace a l’autre. Autrement dit je me juge a travers le regard de l’autre.

Et pour revenir un peu a cette idee de commutativite dans la relation avec autrui, en jugeant l’autre je me juge en effet, c’est-a-dire que quand je juge l’autre de mauvais, je me juge bon, « Le plus souvent, nous ne jugeons pas les autres, mais nous jugeons nos propres facultes dans les autres », dit Charles Augustin. En fait l’autre est un autre moi, a travers lequel je me vois, non pas comme je me vois au miroir parce qu’il reflete l’image que je veux voir, ou je veux donner a l’autre. Mais comme je me juge vrais a l’interieur de moi-meme.

Vivre pour les autres, vivre contre les autres, vivre comme les autres, ce n’est pas l’essentiel. L’essentiel c’est vivre avec les autres. C’est cette intersubjectivite comme la nomme Sartre dont nous avons besoin. Besoin d’elle pour prendre conscience de notre existence. Pour profiter de la gratuite du paradis terrestre, sans pour autant se soucier de l’enfer qui constitue l’autre face de la vie. Condamne a vivre avec l’autre, l’homme vitla complementarite dans la Subjectivite. Apres tout, quelle serait la beaute du jour sans l’existence de la nuit ?

Sommaire de l'article

Huis Clos et la question des autres : L’enfer intersubjectif

Cette citationest une des plus fameuses de Jean-Paul Sartre. Elle achève la pièce de théâtre Huis Clos, écrite en 1943. Huis Clos relate l’arrivée de trois personnages en enfer. Deux femmes et un homme cherchant à comprendre ce qui a pu les y conduire et quel est leur châtiment. Ils comprennent rapidement qu’il n’y a pas de bourreau, car chacun des deux autres est le bourreau pour le troisième. Leur châtiment consiste à vivre pour l’éternité tous les trois, à coexister, à se détester et à se supporter.

La version complète de la citation de Sartre éclaire ceci :

Tous ces regards qui me mangent … Ha, vous n’êtes que deux ? Je vous croyais beaucoup plus nombreuses. Alors, c’est ça l’enfer. Je n’aurais jamais cru … Vous vous rappelez : le soufre, le bûcher, le gril .. Ah ! Quelle plaisanterie. Pas de besoin de gril : l’enfer c’est les autres

Autrui, la honte et l’objectivation : L’enfer, c’est les autres

Huis clos ne pas la première occasion pour Sartre de thématiser autrui comme source d’enfer. Autrui occupe dans la pensée de Sartre une place à part. En effet, la conscience n’est pas seule au monde. Elle doit s’arranger avec les autres consciences, lutter pour exister. Le solipsisme n’existe pas. Le Pour-Soi (=l’homme) est aussi un Pour-Autrui. On rencontre autrui sans le constituer (=créer d’un point de vue phénoménologique). Comment puis-je expérimenter autrui ? Par le corps.

Sartre décrit la honte comme le sentiment originel de l’existence d’autrui. Par exemple, je regarde par le trou de la serrure, ce geste provoque en moi un frisson car j’ai imaginé quelqu’un qui me voyait en train de regarder par le trou de la serrure. Je me suis vu tel qu’autrui me voit, comme l’objet que je suis pour autrui. La honte est honte de soi devant autrui.

Autrui est un scandale car je ne le fais pas exister tandis qu’il a le pouvoir de me figer en un être (vulgaire, fière, timide, …) que je ne suis pas. Le regard d’autrui m’expose, me rend faible et fragile, me rend objet pour lui :

S’il y a un Autre, quel qu’il soit, où qu’il soit, quels que soient ses rapports avec moi… J’ai un dehors, j’ai une nature; ma chute originelle c’est l’existence de l’autre(L’Etre et le Néant)

Le seul moyen de défense que l’homme a à sa disposition est de transformer autrui, à son tour, en objet. Il faut se délivrer d’autrui, lui échapper pour se réapproprier soi-même et le monde qu’autrui lui vole. La conscience invente ce subterfuge pour continuer à exister en tant que sujet. Or autrui tente de résister à cette tentative de subordination. Ce qui ouvre une véritable lutte des consciences, dans laquelle je ne peux être reconnu par autrui que si je parviens à l’objectiver. Sartre a donc une vision conflictuelle des relations entre consciences.

Huis clos illustre parfaitement la difficile coexistence des consciences, le fait qu’autrui est ce qui m’aliène et m’enferme dans une nature donnée, ce qui me prive de ma liberté.

 

0 thoughts on “Lenfer Cest Les Autres Dissertation Format”

    -->

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *